Minimalisme : et si on en parlait ?

Depuis la lecture de Born To Run il y a déjà plus de deux ans, et même certainement avant ça en fait, le minimalisme et le zéro drop m’attirent et me fascinent. Et pourtant, même si au fil du temps j’ai commencé à me tourner vers des drops plus faibles (en général j’aime bien les modèles à 5mm), je continue de courir avec des chaussures tout à fait classiques.

Alors après y avoir pensé pendant un moment sans pour autant sauter le pas, je me suis enfin décidée à essayer, et je n’ai pas fait les choses à moitié en partant pour l’un des modèles les plus extrêmes qui soit : une paire de Vibram Five Fingers !

Vous avez été nombreux à me questionner sur Instagram suite à mes stories pour parler de ce modèle et de mes premières sorties, tout du moins plus nombreux que ce que j’aurais imaginé : il semblerait que le sujet intéresse beaucoup de monde mais que personne n’ose se lancer !

Bref, j’en suis seulement à mes débuts, mais je pense qu’un article ne suffirait de toute façon pas à faire le tour de la question, alors posons les bases !

Zéro drop, minimalisme … ça veut dire quoi ?

Peut-être que vous avez démarré la lecture de cet article en vous demandant d’où je sortais ces étranges chaussures à doigts de pieds, et que l’introduction vous a semblé être une mauvaise traduction d’un article en chinois, alors commençons par définir ce qu’est le minimalisme, histoire d’y voir un peu plus clair.

De façon générale, on définit souvent comme minimalistes les chaussures ayant un drop très faible, 0 dans l’idéal. Le drop, c’est la différence de hauteur entre le talon et la pointe du pied. Pour vous donner une idée, sur la plupart des modèles « grand public » commercialisés aujourd’hui, notamment chez Nike, Adidas, Brooks ou encore Asics, le drop est généralement compris entre 8 et 12mm, même si certains modèles font bien sûr exception.

Mais est-ce que le drop suffit à définir une chaussure comme étant minimaliste ? La réponse est non, et d’autres critères rentrent en compte, comme le poids de la chaussure et son amorti.

D’après la Clinique du Coureur (une excellente référence en matière de course à pied), « La chaussure minimaliste est une chaussure interférant minimalement avec les mouvements naturels du pied, de par sa grande flexibilité, son faible dénivelé, son faible poids, sa faible épaisseur au talon, et l’absence de technologies de stabilité et de contrôle du mouvement ».

En bref, moins la chaussure va avoir de drop et d’amorti, et plus elle va être légère et sans protections de tous les côtés, plus elle sera considérée comme minimaliste; il existe d’ailleurs un indice minimaliste permettant de calculer ça.

OK, mais pourquoi faire ?

Bon, d’accord, on a compris ce que c’était une chaussure minimaliste, mais quel est l’intérêt ?

La théorie du minimalisme part d’un postulat assez simple : à la base, l’ Homme courrait et marchait pieds nus, et ça ne lui réussissait pas trop mal.

Il a bien sûr entre temps créé la chaussure pour protéger ses petits pieds du sol pas toujours très lisse, du froid etc. ; et avec l’avènement de la course à pied, les marques se sont lancées dans des technologies toutes plus poussées les unes que les autres, pour venir accompagner la foulée et protéger le pied, le surprotéger même. Amorti maximal, drop énorme, technologie boost chez Adidas, coussins d’air chez Nike, et maintenant plaques de carbone et autres technologies secrètes qui continuent de se développer chaque jour dans les départements R&D des plus grandes marques. Est-ce que les coureurs se blessent moins pour autant ? Non.

Et si le fait de surprotéger son pied était la raison d’une partie de nos blessures ?

C’est ce que tend à dire la théorie minimaliste.

Bien sûr, je fais des raccourcis et je vulgarise un concept bien plus complexe que ça, mais en gros, c’est l’idée.

Courir pieds nus permettrait au contraire de revenir à une foulée plus naturelle (impossible d’attaquer talon quand on court sans drop et sans amorti), une meilleure proprioception, des sensations décuplées, etc.

Si le sujet vous intéresse, le livre Born to Run est vraiment un incontournable et une jolie lecture; et les internets regorgent d’articles sur la question (cf. fin d’article).

Ce que je pense de tout ça ? Eh bien je n’en sais rien, et c’est bien pour ça que j’ai décidé de voir par moi même en tentant l’expérience du minimalisme !

Dans l’absolu j’ai quand même un vrai avis qui ne changera pas : rien ne sert d’être extrême dans ses opinions, et nous sommes TOUS différents. Là où courir pieds nus conviendra parfaitement à un coureur (on en parle du marathon pieds nus en 2h15 d’Abebe Bikila?), un autre aura besoin de plus de protections pour une ou mille raisons comme sa foulée, son gabarit, son poids, et les diverses pathologies qu’il peut avoir eu par le passé. De par mon expérience PERSONNELLE je sais que les drops relativement faibles (5mm) me conviennent bien, et j’ai aujourd’hui envie d’ESSAYER le minimalisme. Ça ne veut pas dire que dans un an j’aurais jeté toutes mes autres paires de chaussures par la fenêtre pour partir courir toute nue dans la forêt. Ça veut juste dire que je suis curieuse et ouverte au changement, et qu’on verra bien ce que ça peut donner !

Je m’imagine d’ailleurs pour l’instant assez mal courir des ultra Trails en barefoot, et je me demande ce que dit la littérature sur le fait d’alterner entre chaussures minimalistes et « maximalistes », mais ça fait partie des pistes encore à explorer.

Bref, vous l’aurez compris, je suis au tout début d’un tout nouveau cheminement, et je vous propose de m’accompagner dans cette découverte au travers de quelques articles ! J’ai déjà trop écrit alors je m’arrête là, mais la prochaine fois je vous parlerai du concept de transition en douceur, et de mes premières séances en chaussures à 5 doigts 😉 .


En bonus, quelques pistes de lectures :

Blog Le Minimaliste  / Blog 5 doigts 2 pieds / de nombreux articles sur La Clinique du Coureur  / cet article très intéressant qui vient modérer l’enthousiasme vis à vis du minimalisme et le livre Born To Run qui est un must-read, juste pour le plaisir, même si le sujet ne vous intéresse pas plus que ça !


5 réflexions sur “Minimalisme : et si on en parlait ?

  1. La petite souris dit :

    Merci pour cet article très intéressant.
    J’avais clairement envie de tester une paire minimaliste suite à la lecture de « born to run ».
    Je suis une habituée de Nike avec ses drops plutôt élevés mais j’avais envie de tester autre chose et me suis acheter récemment une paire de Hoka avec un drop de 4mm.
    J’ai trouvé la transition plutôt dure et désagréable (gros tiraillement dans les mollets). J’alterne maintenant entre les 2 paires, mais même quelques mois après, j’ai du mal avec mes Hoka. Du coup mon entrain pour tester les minimalistes à fortement diminué…
    J’attends avec impatience ton prochain article et tes conseils pour une transition en douceur. En attendant je suis toujours avec entrain tes séances sur insta.
    A bientôt

    Aimé par 1 personne

    • lilyrunning dit :

      Merci pour ton retour ! J’étais aussi une habituée des gros drops, et quand je suis passée sur des plus petits drops (notamment des Hoka à 5mm) je ne me souviens pas avoir eu ce soucis … peut-être une question de foulée et cadence de base ! Mais je détaillerai ma transition avec plaisir oui 🙂

      J'aime

  2. gmfbrunoBruno dit :

    Bonjour,

    Bonne idée de tenter le minimalisme, j’ai fait le même cheminement il y a un an. J’ai commencé par courir avec des Saucony avec un drop de 4 mm, j’ai ensuite acheté des Merell Trail Glove 4, donc là c’est 0 drop, 0 amortis ! Mes premières sorties étaient sympa mais je me suis blessé au tendon d’achile, je pense que j’ai un peu trop forcé et j’ai manqué de progressivité ! J’ai quand même poursuivis tranquillement et au bout d’un an je pense avoir réussi ma transition.
    J’ai maintenant acheté des Merell Bare Acces XTR car sur les cailloux dans la garrigue c’était quand même compliqué avec les Glove 4 !

    Aimé par 1 personne

  3. gmfbruno dit :

    Bonjour,

    J’ai moi aussi effectué une transition vers le minimalisme, juste histoire de découvrir autre chose. Voilà un an que j’ai commencé, tout d’abord avec des Saucony en drop 4 mm puis avec des Merell Trail Glove (0 drop, 0 amortis). Par contre j’ai sans doute été un peu trop pressé et je me suis blessé au tendon d’Achille ! J’ai tout de même persévéré et au bout d’un an je cours avec beaucoup de plaisir en minimaliste.
    Je cours maintenant presque uniquement avec des Merell Bare Access, les Glove étaient tout de même un peu limite sur les chemins de garrigue !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s