6000D : Mon « non plan de prépa »

J’ai reçu plein de questions concernant la 6000D et ma préparation: quel plan j’ai suivi, quel programme alimentaire? Eh bien la vérité, c’est que… Je n’avais pas de plan. Et pourtant, ça ne veut pas dire pour autant que j’ai fait totalement n’importe quoi. Attendez, je vous explique 😉 .

Pas de plan au sens strict du terme, mais un « cadre » de base

A la base, j’avais prévu de me construire un plan, comme j’ai pu le faire par le passé pour des Marathons / Semi / ou encore pour préparer la Saintélyon. Mais je n’ai pas trouvé de plan tout fait qui me convienne suffisamment pour l’adapter facilement, alors j’ai décidé de m’inspirer de plusieurs choses pour construire totalement mon plan. Et puis finalement les semaines ont passé, la période de prépa a débuté, et par manque de temps je me suis retrouvée à commencer mon « plan » sans l’avoir formalisé à l’écrit, mais simplement avec un « cadre de base » en tête: X séances à faire par semaine, dont une comme-ci, une comme ça, une autre comme ça…

Au final pas de plan donc, mais des types de séance assez précis à caser chaque semaine pour ne pas m’y perdre et en faire trop ou trop peu!

Les séances de mon cadre de base

Pour me préparer à la 6000D, j’ai réfléchi à ce que j’avais besoin de travailler: c’est une course en montagne, avec un dénivelé positif pas insurmontable en soi (3500D+, pas 6000 comme son nom pourrait le faire croire!) mais qui présente la particularité d’être concentré sur la première moitié de course, avant une très très longue descente, et sur une distance longue pour moi : 65km alors que ma seule expérience de ce type était sur les 73km de la Saintélyon, une course bien différente car beaucoup plus « roulante ». Il faut ajouter à ça que le passage sur le glacier se fait à plus de 3000m d’altitude, avec un départ à 1000m ça fait une sacrée différence!

Bref, avec toutes ces choses en tête, j’ai décidé d’organiser mes 10 semaines d’entraînement de la façon suivante avec chaque semaine:

  • 1 séance en EF
  • 1 séance de fractionné 
  • 1 séance en côte, soit avec des de répétitions de côtes, soit en mode Trail avec quelques sorties nocturnes d’environ 12km et 500 à 800D+ organisées en groupe
  • 1 séance d’entraînement croisé vélo + EF
  • 1 sortie longue Trail ou rando Trail

+ une séance de kiné / semaine pour travailler la stabilité de mes hanches et genoux et éviter la douleur que j’ai pu avoir sur la saintélyon ou sur mon dernier marathon le jour de la course (et ça a été concluant, zéro douleur sur la course)

+ 3 à 4 séances de renfo / semaine avec du gainage et les exercices donnés par la kiné

Deux semaines « choc »

Pendant ma période de préparation, j’ai également eu deux belles opportunités de voyages, qui m’ont permis de faire deux semaines « choc », c’est à dire des semaines un peu chargées en volume d’entraînement avec assez peu de repos entre deux séances:

Bergen –  5 sorties en 6 jours / 107km / 6250D+ 

Le terrain était assez technique et le dénivelé plutôt élevé, du coup cette semaine là j’ai fait 2 sorties en rando course et 3 sorties trail, et ça m’a donné l’occasion de commencer à apprendre à me servir de mes bâtons, une nouveauté pour moi! (plus d’infos par là)

Volcans d’Auvergne – 4 sorties en 4 jours / 108km / 4160D+

Cette fois le terrain était très roulant, le dénivelé permettait de courir 90% du temps, et j’ai cumulé plus de 100km en 4 jours, sans jour de pause au milieu. La difficulté était de réussir à tenir l’intensité de l’effort toute la semaine, et j’ai été surprise de terminer le 4ème jour plutôt en forme et à un bon rythme! (plus d’infos par là)

Les semaines suivant ces semaines là j’y allais un peu plus tranquillement, du coup au final sur 10 semaines il n’y a eu que 6 semaines ou j’ai vraiment suivi (enfin… plus ou moins) le schéma établi au départ!

Si vous avez l’occasion de placer ces semaines « choc » dans votre prépa pour un trail long, je recommande vraiment! A défaut, vous pouvez faire un « weekend choc » ou vous cumulerez 2 grosses sorties rando-trail et une sortie vélo ou une 3ème sortie trail.

En bref, cette prépa 6000D aura été un peu décousue, mais je pense avoir fait ce qu’il fallait pour bien me préparer, et la course s’est très bien passée! Je l’ai terminée en 10h04, dans le premier tiers des finishers classés (il y a aussi eu beaucoup de hors délais et d’abandons), j’ai très bien vécu ma course et je n’ai eu aucune douleur particulière, juste de la fatigue sur la dernière heure! Bref, un bon bilan pour une première 🙂

2 réflexions sur “6000D : Mon « non plan de prépa »

  1. M.Mih dit :

    C’est la façon de se préparer, et de courir au quotidien que je recommande !
    C’est à dire, développer ses propres outils petit à petit (les séances que tu voulais caler) et faire en sorte d’équilibrer le tout.
    Chaque personne a sa propre expérience et son propre vécu. Nous ne sommes pas une personne « type » auquel s’adresse les plans déjà fait qu’on trouve un peu partout.
    Même si le fait de suivre ces plans déjà-fait peut permettre d’approcher différentes manières et outils, pour se les approprier plus tard.

    Et pour tous ceux qui peuvent se le permettre, trouvez-vous un bon professionnel du sport (kiné, ostéopathe). C’est rare et ça se mérite (rare, dans le sens où il faut trouver la personne avec qui le courant passe bien).

    Donc, double bravo pour ta démarche !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s