Voyage Interrail : 6 conseils (pas très) utiles

Depuis le retour de mon aventure de 31 jours à travers l’Europe, j’ai reçu pas mal de questions concernant mon mode de déplacement: le pass Interrail. Du coup, je vous explique ce que c’est et je vous donne quelques conseils pratiques, à avoir en tête le jour ou vous vous laisserez tenter par l’aventure.

Interrail, c’est quoi ce truc?

Un global pass Interrail, pour faire simple, c’est un billet de train qui permet de voyager librement en Europe sur une période donnée.

Si on rentre dans les détails, il existe en réalité plein de formules: la durée peut être de 15 jours ou un mois, et on peut choisir d’être libre de voyager tous les jours sur la période donnée, ou se limiter à un certain nombre de jours où l’on prend le train (le tout influant sur le prix, bien sûr). Il existe aussi des pass pour voyager dans un seul pays sur une période donnée, pas mal si on veut explorer un endroit en particulier!

Bref, je ne toucherai pas de com’ sur votre billet et je n’ai pas d’actions chez Interrail, alors pour le reste, je vous laisse vous débrouiller, le site explique plutôt bien les différentes options possibles: https://www.interrail.eu/fr/pass-interrail

Maintenant, place à quelques conseils pratiques et très très utiles (…ou pas), tirés de mon expérience 

Avant d’opter pour Interrail, vérifiez si c’est vraiment plus économique

Ben oui, commençons par le plus basique: l’idée de l’interrail et du billet de train unique est super cool, mais selon le voyage que vous avez envie de faire, ce ne sera pas forcément l’option la plus économique! Par exemple, si vous voyagez dans les pays de l’Est / Sud de l’Europe et restez dans ce coin là, les billets sont tellement peu chers que ce n’est pas forcément une bonne idée de passer par un Pass Interrail. A l’inverse, si vous voyagez dans le nord de l’Europe et que vous faites de nombreux déplacements, ce sera sûrement bien plus économique. Bref, avant de vous décider jetez un rapide coup d’œil au prix des billets de train de votre itinéraire théorique.

Evitez de prendre le dernier train du jour

…Sauf si vous aimez vous faire des frayeurs. Ou dormir sur un banc de gare. 

Ce conseil s’applique surtout si vous avez des changements de train.

Avec interrail, vous allez vous rendre compte que la SNCF n’a pas le monopole du train en retard, annulé, ou qui ajoute soudain des arrêts à son parcours et met 1h de plus à faire 37,4km. Du coup, mieux vaut éviter de prendre un train tardif, ça vous laissera le temps de trouver une solution alternative ou d’attraper le train suivant.

Vérifiez si votre train nécessite une réservation ou non

La plupart des trains sont en accès libre, il vous suffit d’écrire votre trajet dans votre pass et vous êtes en règle … sauf pour certains trains, qui nécessitent une réservation. En général ce sont les trains de nuits, ou certains trains qui sont régulièrement complets. La réservation ne coûte pas très cher, entre 1€ et 10€ , et il suffit d’utiliser l’appli Rail Planner pour vérifier si la réservation est obligatoire ou non.

N’arrivez pas à 17h23 pour votre train qui part à 17h27

Trouver où acheter une bouteille d’eau, c’est facile dans n’importe quelle gare. Trouver quel est le train qu’on doit prendre, et où se trouve la voie XW27-B , c’est parfois moins évident. Bref, ce conseil peut sembler condescendant, non je ne vous prends pas pour des abrutis (quoique, vous êtes là et vous lisez mes conseils, c’est douteux). Mais pensez à prévoir un peu de marge, car les gares sont parfois grandes et/ou bizarrement organisées.

Vérifiez vos temps de correspondance

L’appli Rail Planner citée ci-dessus est sympa, mais parfois un peu trop optimiste, avec des changements d’environ 2min37 entre deux trains (coucou Delphine, ça te dit un tour à Blansko?). Vérifiez donc les durées de correspondances au moment de choisir votre train. Ou alors prévoyez la possibilité de devoir courir vite, très vite.

Vérifiez le nom de votre gare de départ.

Si vous êtes parisien ça vous semblera évident, si comme moi vous venez d’une ville ou 99% des trains partent du même endroit, un peu moins.

Bref, rappelez vous que dans les grandes villes il y a souvent plusieurs gares, et que votre train ne part pas forcément de la principale, surtout si vous vous rendez dans un petit bled situé dans le même pays.

Pour la petite histoire, j’ai toujours fait bien attention à mes gares de départ et d’arrivée. Sauf que pour aller d’Oslo à Varsovie, j’ai pris l’avion. J’ai complètement zappé de vérifier, et je me suis rendue compte bien trop tard que mon p*tain de low cost partait en réalité de l’autre « aéroport d’Oslo », celui situé à … 150 bornes d’Oslo. Logique. Ca m’a coûté 180 euros.

Soyez FLEXIBLE ET ZEN

Même si vous planifiez et prévoyez tout, il y aura toujours des imprévus. Prenez les avec le sourire, détendez-vous, ça fait partie du charme de l’Interrail 🙂 (cf. le billet d’avion à 180 balles, que j’ai trouvé moyennement charmant sur le moment).

Voilà, avec ça vous êtes parés pour affronter votre voyage Interrail. Il vous manque juste l’itinéraire, les bagages, et vendre un rein pour financer votre périple si vous avez choisi les pays du Nord. Trois fois rien, quoi.

ps: on ne dirait pas comme ça, mais c’est une expérience GÉNIALE !

3 réflexions sur “Voyage Interrail : 6 conseils (pas très) utiles

  1. Sajs dit :

    Ah ah cette histoire d’Oslo, il m’est arrivé le même truc à Milan oú il y a trois aéroports, ça m’a coûté 125 balles de taxi 🙄 ( et zéro navette pour faire la jonction avant 9h30) 😅😅

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s