Compte rendu: La Corrida du Vieux Port 2016

Hier, j’épinglais mon dernier dossard de 2016 pour la traditionnelle Corrida du Vieux Port.

5,2km c’est court, mais je vous raconte quand même 🙂 .

L’ambiance

La corrida du Vieux Port, c’est un peu une institution pour beaucoup de coureurs marseillais, le petit rendez-vous d’après Noël.

Certains viennent déguisés de la tête aux pieds, d’autres se contentent du bonnet de père Noël, mais entre le banc de sardines poursuivi par les gabians, les pères Noël en tout genre et les très beaux costumes, ça vaut le détour!

Du coup, comme l’an dernier, j’ai eu envie de la refaire, histoire d’épingler un dernier dossard pour l’année, de courir avec des sardines, et de voir ce que je valais sur courte distance, malgré les multiples repas de Noël, et le parcours casse-jambes.

Le Parcours

Cette année le parcours était légèrement différent de l’an dernier, avec un passage rive gauche du port, mais malheureusement on n’y a pas échappé: les escaliers de derrière la mairie étaient bien là, à grimper deux fois sinon c’est pas drôle.

Boucle à faire deux fois


La Course

Le départ est à 17h30. Vers 17h je rejoins ma mère et ma nièce qui ont voulu venir me voir courir, j’avoue que ça me stresse un peu, je n’ai pas l’habitude que ma famille soit là pour mes courses, et d’un coup avant de les rejoindre je stresse comme une petite fille! Elles m’encouragent, je leur laisse mon téléphone et ma veste, c’est déjà bientôt l’heure.

Je pars me mettre sous l’arche de départ, je retrouve Jérôme, on attend sans trop comprendre ce qu’il se passe, beaucoup de personnes restent devant l’arche. On finit par voir que le départ est en fait quelques mètres plus loin, on se rapproche le plus possible de la ligne mais on a quand même pas mal de monde devant, et le coup d’envoi est déjà lancé.

Km1: Comme d’habitude c’est la cohue sur les 100 premiers mètres mais je me faufile et je pars comme une flèche, trop vite, mais je sais que de toute façon je vais être stoppée net arrivée aux escaliers, alors je gagne du temps. Km bouclé en 3’57 ».
Km2: On arrive au premier virage en épingle, je ralentis un tout petit peu le rythme mais ça va, jusqu’en bas des escaliers je suis à 4’03″/km de moyenne. Ma mère et ma nièce sont en bas des escaliers, elles m’encouragent, ça me donne le sourire. Et puis BIM ils sont là, ils cassent les pattes, j’ai l’impression de perdre 1000 ans dans la montée, mais j’essaie de relancer dans la descente qui suit. Ma mère et ma nièce se sont placées de l’autre côté, encore un petit encouragement.
Je passe au niveau d’un contrôleur, « 5e femme ». Ok, on va s’accrocher!
Km3: Les escaliers ont cassé le rythme mais je m’accroche, le reste du parcours est plat mais il y a un deuxième virage en épingle, on est sur le Port, les gens qui se baladent par la regardent la course amusés, ou alors énervés de ne pas pouvoir traverser la route. On court sur des pavés à ce niveau du port mais au final ils ne sont pas trop gênants.
Km4: Une fille me double, je me dis que ce n’est pas grave mais qu’elle va me servir de point de repère: interdit de la laisser trop me distancer. 200m avant la deuxième montée d’escaliers je ré-accélère pour prendre de l’avance, puis je les monte encore plus lentement qu’au premier passage. La fille devant moi les grimpe comme une gazelle, je la vois s’éloigner. J’accélère dans la descente, je remonte quelques places. Je revois ma mère et ma nièce qui crient encore mon prénom, j’ai envie qu’elles soient fières, surtout ma petite nièce qui fait de l’athlétisme.
Km5: Le parcours est plus court que prévu, il reste à peine plus d’1km. Je fatigue, une autre fille me double, on passe le dernier virage en épingle, et là je me dis que c’est le moment de ne plus rien lâcher. J’accélère, je repasse devant les deux filles qui m’avaient doublé, je sens qu’elles sont juste derrière et qu’on veut toutes les trois la 5ème place mais je m’accroche et je ne lâche plus rien.
200 derniers mètres : j’envoie tout ce qu’il me reste, je suis à 3’43″/km, je passe la ligne d’arrivée. Quelques secondes derrière moi la 6e et la 7e arrivent, on se félicite toutes les 3, grâce à elles j’ai tout donné sur la fin, chose que j’ai du mal à faire d’habitude !


C’est sur ce genre de course que je me rends compte que j’ai l’esprit de compétition : sur une course avec beaucoup de participants, ou sur un marathon, je ne vois pas du tout comme les autres coureurs comme des compétiteurs, je fais mon chrono pour moi, basta, même si c’est vrai que j’aime bien regarder le classement général pour me faire une idée.
Mais sur les « petites » courses du coin ou on est moins de 2000, et quand je sais que je suis assez bien placée parmi les féminines, je n’aime pas me laisser doubler après la première moitié du parcours. C’est stimulant, et même si au final le classement n’est pas très important, pendant la course ça booste!

Bref, j’ai beaucoup aimé cette dernière course de 2016, vivement la première de 2017 le 8 janvier à Nice !

Vivement la prochaine Corrida du Vieux Port aussi, l’an prochain elle aura lieu le 31 Décembre pour clôturer Marseille Provence Sport 2017 en beauté!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s