Compte rendu : Run in Lyon 2016, mon second Marathon 

MARATHON J+1, je suis sur un petit nuage, je commence à réaliser : 3h29 !

Ca me semble juste fou.

J’ai décidé d’écrire mon compte rendu et de le partager avec vous rapidement, tant que les émotions et souvenirs sont frais dans ma tête, même si clairement je ne suis pas prête d’oublier ce 02 Octobre 2016.

 


Un peu de contexte: ma stratégie de course en carton … mais qui a payé 

Depuis 10 semaines, je prépare un plan 3h30, tout en me disant que vu mes chronos sur semi et 10 je n’ai pas encore le niveau pour ça, alors je vais viser 3h35.

Et pourtant à l’entraînement j’arrive à respecter les allures qui me sont demandées, je triche même un peu en allant plus vite que ce que demande le plan sur les fractionnés …

Mais bon, 3h30 c’est trop fou, pas pour moi.

Alors voilà ma superbe stratégie bancale de positive split: suivre le meneur d’allure 3h30 sur 30km, soit un rythme théorique de 4’58″/km, et puis ensuite « on verra ». Je sais qu’en faisant ça et en courant ensuite autour de 5’15″/km je reste sous les 3h35.

C’est clairement bancal mais comme je suis mon propre coach, je valide avec moi même ce plan foufou.

L’avant course

Je vous passe les détails car il y aurait de quoi écrire 6 pages, mais je passe le début du weekend avec les copines, qui vont toutes courir le semi. Dimanche on se réveille à 4h30 avec Solène, impossible de se rendormir mais je suis bizarrement assez sereine.

(…)

4h et un pipi sous un camion plus tard (oui oui, sous un camion), c’est avec elle que je me retrouve dans mon sas de départ qui mélange les marathon 3h30 / semi 1h40. Elle vise 1h42, ou rien, ou elle ne sait plus trop en fait. Moi je crois en elle, c’est tout.


 


42,195km de bonheur

Premier km: on est en milieu de sas, on passe la ligne de départ loin derrière le meneur d’allure, je flippe un peu car on est nombreux et j’ai peur de ne pas le rattraper mais Solène me dit de la suivre et elle se faufile entre les coureurs.

On va vite, on est à 4’40″ mais le meneur aussi et je veux le rattraper, sinon mon plan de course est foutu. On le rattrape au passage du km1. Solène continue un peu avec nous et puis elle me fait signe qu’elle va me laisser pour partir à son rythme, quelques derniers encouragements mutuels et c’est parti, ma fusée s’élance pour son semi.

 


Km1 à 5: je suis dans le groupe du meneur d’allure, je me sens bien mais on va trop vite, on est autour des 4’50″/km de moyenne et même si je vois qu’il ralentit un peu je me pose des questions: est-ce que c’est vraiment une bonne idée de le suivre ? J’ai peur de me griller trop rapidement mais finalement je décide de m’accrocher, je me sens bien à ce rythme et je suis rassurée d’avoir un point de repère.

 


Km5 à 10: rien à signaler, quelques petites montées, mais à chaque fois que ça grimpe je me dis que ça va descendre ensuite, tout va bien. Au 9eme je prends ma première compote, et je passe le km10 devant le meneur, mais je sais qu’il me rattrapera sûrement au ravito.

 


Km10 à 15: tout va toujours bien, au 14eme je prends ma deuxième compote en calculant qu’on a déjà fait le tiers du parcours, plus que deux fois ça et c’est fini!

Un Monsieur s’écrie « allez les filles » sur mon passage, je m’énerve un peu à haute voix, j’aimerais bien être encouragée comme n’importe quel autre coureur, pas parce que je suis une fille. J’ai ma place ici comme les autres, pas plus pas moins, non? Bref, c’est un autre débat …

 



Km16 à 18: on entre dans le fameux tunnel de La Croix Rousse – plus de signal GPS, plus de repères, et une ambiance très particulière. J’y vais au feeling, je crois que je vais un peu trop vite, je suis quelques mètres devant le meneur et puis soudain il accélère encore, je le suis sans trop réfléchir.

À la sortie du tunnel ca y est , notre chemin se sépare totalement du semi-Marathon, on remonte vers le Parc de la Tête d’or pendant qu’ils redescendent vers l’arrivée. Je ne les envie pas, non, je sais pourquoi je suis là et je ne regrette pas mon choix.

img_7192


 


km18 à 25: On arrive dans le Parc de la Tête d’or, j’ai forcément une pensée pour Laura (@foutrak).

Ca y est, le km21 est là, je passe le semi en 1h43’57, la moitié du chemin est fait et on est en avance.

Je me sens bien mais je sais que tout reste à faire, je ne me vois pas refaire la moitié du parcours au même rythme. Mais je mets les pensées négatives en mode OFF, le meneur est toujours là et mes jambes aussi.

 


Km25 à 30: on arrive sur les berges du Rhône, il y a beaucoup de supporters et ça fait du bien au moral, des gens lisent mon nom sur mon dossard et m’encouragent même s’ils ne me connaissent pas, ça fait plaisir. Depuis le début je regarde peu ma montre, mais je sais qu’on est à 4’55″ de moyenne et qu’on est en train de ralentir un peu.

 


Km30: le fameux panneau « vous avez passé le mur du 30eme ».

Je commence à avoir des douleurs dans les cuisses mais ça va toujours. Je me méfie, au premier marathon c’est vers le 32eme que j’ai craqué. On approche de cette barrière qui me fait peur. Le corps fatigue mais la tête prend le relai, je sais qu’elles m’attendent au 35eme.

 


Km32: Je réalise ce qui est en train de se passer – à la base le plan était de m’accrocher à 4’58″ jusqu’au km30. On l’a largement dépassé et je suis à 4’55″ de moyenne!

Je comprends d’un coup que je peux espérer le sub 3h30, même si c’est le temps que j’ai travaillé pendant ma prepa je n’y croyais tellement pas!

Ça devient un peu difficile mais je sais qu’elles sont là à m’attendre, dans quelques kilomètres. Et je sais qu’il sera là à l’arrivée. Je veux les rendre fiers, je veux ME rendre fière. Il n’est plus question de lâcher, je vais essayer d’aller chercher ces 3h30.

 


km35: Je dois retrouver Solène et Fanny. Je ne les vois pas. Je reste zen, Solène m’avait dit qu’elles seraient sûrement plus loin. Les minutes défilent, et là dans le virage je les vois. Elles sont tellement belles et je suis tellement contente, je sais qu’avec elles tout ira bien.

 


km36 à 38: Elles me félicitent, me disent que je suis en train de faire un truc de fou, et que maintenant j’ai pas intérêt de lâcher.

Et puis là elles me disent leurs temps sur le semi: 1h42 pour ma jolie Fanny, et 1h37 pour la plus belle des fusées Solène, de gros records perso respectifs, je suis tellement heureuse et fière d’elles à ce moment là ! Je leur dit, je parle trop alors que je ne devrais pas, j’accélère même ! Solène me dit de me calmer, que j’accélérerai à la fin si je peux. Elle a raison, on se remet derrière le meneur d’allure qui donne des conseils pour aborder la dernière petite pente.

Un de mes compagnons de route commence à avoir des crampes, Solène lui tend la bouteille d’eau qu’elle avait prévu pour moi. J’aime la beauté et la simplicité de ce genre de gestes, qui me rappelle que meme si le coureur de fond est solitaire, il y a aussi un grand esprit de solidarité dans ce sport.

Et puis là elles me disent de continuer seule, avec leurs superbes RP et l’arrêt d’1h entre temps elles n’ont plus les jambes. On se quitte avec le sourire et la promesse de ne pas lâcher.

Je crois que certaines personnes autour sont soulagées, bon ok, on a peut être un peu trop parlé et dit n’importe quoi mais ces quelques kilomètres avec elles m’ont fait tellement de bien!

 


Km39 à 41: c’est dur. Très dur. Je n’arrive plus à suivre le meneur d’allure, je ne sais pas s’il accélère mais en tout cas moi je ralentis, le cardio va très bien alors que c’est ce qui me faisait le plus peur, en revanche mes cuisses sont comme deux morceaux de pierre.

On passe sur un pont et soudain je sens le sol se dérober sous mes pieds. Je ne sais pas si c’est le pont qui me donne cette impression, ou si ce sont les jambes qui commencent à ceder. Je crois vraiment que pendant quelques secondes j’ai entrevu le mur mais NON, je ne peux pas lâcher maintenant. Je mange la pom’pote que Solène m’a donné (la 6eme de la course, au final je me suis ravitaillée uniquement à ça!). C’est sûrement psychologique mais j’ai l’impression que ça me rebooste, incapable d’accélérer mais je continue de courir .

Je passe les km40 et 41 autour des 5’20″, mais je suis encore dans les temps, il ne faut pas que je craque.

 


42eme kilomètre: c’est tellement dur mais on arrive au niveau des sas de départ du 10km et les gens nous applaudissent. J’entend mon prénom quelques fois, et un ou deux « allez Lily ». Ca booste. Le corps n’y est plus mais la tête veut tout donner, je passe le km en 4’53″.

Les 200 derniers mètres sont là. Je vois la ligne, j’ai envie de pleurer.

Et puis là… je me met à sprinter.

Je ne pensais pas pouvoir courir à 4’16″/km après 42 bornes mais si, même si c’est pour 195m seulement.

 


Je passe la ligne d’arrivée. FINISHER.

Ma montre annonce 3 heures, 29 minutes et 10 secondes. 3h29 !

Je ne réalise pas. Je suis perdue. Et puis je le vois, mon amoureux qui m’attend, je sens la fierté dans ses yeux et je me mets à pleurer. J’avoue, pas quelques larmes seulement, je pleure vraiment. Un mélange de décompression / bonheur / émotion / fierté … je ne sais pas. Je suis littéralement perdue mais je l’ai fait. Je crois que les gens autour ne comprennent pas, les marathoniens ont l’air de tous avoir l’habitude, et certains spectateurs se moquent un peu je crois, d’autres me félicitent.

Epuisee . Mais heureuse.

On me donne ma belle médaille. Et mon t-shirt de finisher, oui, j’ai enfin un t-shirt de finisher, après les chaussettes à Marseille !!



Je suis Fière de moi, pour la première fois j’ai l’impression que j’ai su avoir le mental. D’habitude j’ai bien trop souvent ce sentiment frustrant de «j’aurais pu mieux faire je crois », « j’en avais encore un peu sous le pied », « je n’ai pas su m’accrocher ».

Pas cette fois. Cette fois j’ai donné tout ce que j’avais, et même un peu plus. 

 


Je m’arrêterai sur ces mots.

Et sur un grand MERCI à tous ceux qui m’ont suivie pendant ces 10 semaines de prepa et ont su croire en moi.

Merci aussi aux quelques uns qui n’y croyaient pas et me l’ont clairement fait comprendre, elle est aussi pour vous celle là …

Et puis Merci à elles. Fanny et Solène, mes deux « copines de course à pied » rencontrées en début d’année et qui sont devenues tellement plus que ca en l’espace de quelques mois! On s’encourage, on se comprend, et on est toutes aussi folles les unes que les autres.

 


Bref, j’ai encore couru 42,195km.

img_7233

le bon classement cette fois.Plutôt fière d’être dans le premier quart des finishers, et dans les premiers 5% des feminines!

la fin d’un weekend parfait

36 réflexions sur “Compte rendu : Run in Lyon 2016, mon second Marathon 

  1. Guillaume dit :

    Bravo Lily ! Une superbe performance, chapeau bas. Je suis content de constater que je ne suis pas seul à avoir tangué sur le pont vers Confluence, j’avais l’impression d’être en pleine mer :-))

    Aimé par 1 personne

  2. Malbranque dit :

    Bravo très émouvant ton marathon je fais mon 1er ce samedi 8/10 à Amiens je ne suis pas à la même hauteur que toi mais de te lire ca me fait du bien !! Tes petits conseils et tout tout !! Je t’admire vraiment une battante !! Vive la CAP et vive les femmes 👌🏾👍🏾💪🏾🏃🏿‍♀️🏃🏿‍♀️🏃🏿‍♀️✅✅✅😘 Félicitations miss 💋

    Aimé par 1 personne

  3. Coralie Constantin dit :

    Bravo Lily, quelle performance de dingue !!!j’ai suivi ton entraînement ses 10 dernières semaines, t’es croisée sur la corniche pas mal de fois, tu m’as reboosté pour m’entraîner comme une dingue pour mon trail de 20kms le 30 octobre.Vraiment tu peux être fière de toi. Â bientôt pour un petit run ( j’essayerais de me libérer un soir ou tu fais une session en groupe) Belle Soirée Coralie

    Aimé par 1 personne

  4. Roben dit :

    Bravo pour ton record, et un sub 3h30 c’est énorme!
    Moi qui n’es pas encore franchit le cap du marathon, je trouve ton compte rendu super motivant et plein d’émotions!
    Bonne récupération, et j’espère te croiser l’année prochaine sur un triathlon de la région 😉

    Aimé par 1 personne

  5. Anouck dit :

    Je te suis sur Instagram depuis quelques semaines, je m’identifie un peu parce que je cours souvent (beaucoup moins vite et beaucoup moins longtemps ;)), que j’habite à Marseille et là..ton article m’a donné les larmes aux yeux. Bravo bravo bravo bravo bravo !!!!! Tu peux être très très fière de toi, vraiment.

    Aimé par 1 personne

  6. christelle dit :

    Je sais maintenant comment passer des 3h37 aux 3h29 ! J’ai exactement la même stratégie que toi : partir un peu plus vite jusqu’au 30/32e ensuite ..
    Je vais peut être tenter le Run In Marseille avec cette stratégie.
    PS : je trouvais le nombre de participants et surtout de femmes effectivement très faible
    Encore Bravo

    Aimé par 1 personne

      • Redliliwood dit :

        C’était le premier, dossard acheté à l’arrache sur le bon coin une semaine avant, pas préparée 🙂 la grande aventure ! Merveilleux tout le long (sauf quand je me suis aperçue que le gars qui marchait à côté de moi allait plus vite que moi qui courrais au km26 lol) hâte de recommencer avec une vraie prepa !

        J'aime

  7. Ashley Peinado dit :

    Félicitation Lily, après t’avoir suivie durant ta prépa et depuis quelques mois maintenant tu as fait un belle exploit. Tu es un exemple pour moi ! Et ce récit de ta course est rédigé de tel façon qu’on a l’impression de vivre cette course à tes coté! Encore félicitation 😀🙌👏!!

    Aimé par 1 personne

  8. Stephanie J. dit :

    Encore bravo !
    Tu fais tes entrainements avec beaucoup de simplicité et de bonne humeur. C’est très motivant pour les coureurs de suivre tes aventures !
    Merci et bonne récupération.

    J'aime

  9. mathildedrg dit :

    Bravo Lily !
    Jai enfin eu le temps de lire ton CR… et j’avoue j’ai versée ma petite larme avec toi à la fin haha !
    Bravo pour ton temps, ta prépa, ton mental …
    Quand je vois à quel point on peut être fière quand on fait un bon chrono sur 10 ou sur semi, j’imagine même pas la fierté et la joie apres un marathon fini ET éclaté ! T’en as fait une’ bouchee ! Je penserai fort à ton CR quand je ralerai pendant la prépa ou le MDP cet hiver haha !
    Merci pour le partage 😘😘

    Aimé par 1 personne

  10. fanny dit :

    Ouahhh. Vraiment bravo 👏pour cette belle performance !! Je te suis sur IG et j’aime beaucoup ton blog … Ta niak donne l’envie d’aller encore plus loin. Et ce récit de marathonienne m’a mis les larmes aux yeux. Si, si, pour de vrai… Pour moi, c’est encore un rêve. Mais un jour je le ferais, un jour… Étapes par étapes! Merci en tous cas car tu me donnes du peps pour la suite👍🤗

    J'aime

  11. fanycourtois dit :

    Ouahhhhhh. Mais quelle belle performance 🎉 Franchement bravo c’est énormeeeeeee 👏 Je te suis sur IG et j’aime beaucoup lire ton blog. Ta niak me donne l’envie d’en faire plus, de me dépasser. Lire ce compte rendu m’a donné les larmes aux yeux. Sî, si, pour de vrai. Finir un marathon reste pour moi un rêve que je compte bien accomplir un jour. D’abord un semi et un jour… Bref, merci pour ton énergie. Bizzzz 🤗

    J'aime

  12. Clot dit :

    Bravo pour ta course ! Et pour ce compte-rendu très émouvant 🙂 Juste une question : tu es dans la catégorie « seniors femmes » alors que, si j’ai bien suivi, tu n’as que 25 ans… du coup, comment appelle-t-on les quadras (et plus) ??

    Aimé par 1 personne

    • lilyrunning dit :

      J’ai 26 ans, et la catégorie Senior va de 23 à 39 ans ! Ensuite on devient Master 1, puis à 50 ans Master 2, etc … et encore , avant la catégorie Master s’appelait « vétéran », pas vexant du tout haha.

      J'aime

  13. barussaud dit :

    Bravo Lily, trés belle article et surtout une bonne base pour mon objectif au marathon du golfe de st tropez, ma prépa marathon,à démarré en Décembre il me reste 3 semaines avant le jour j, et je pense que je vais m’inspirer de ton parcours pour réaliser 3h30″ merci pour le partage, sportivement, Antoine

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s